AU RECOMMENCEMENT



Les mots qui commencent me sont parfois difficile à trouver, comme s'ils devaient contenir l'essence de ce qui est à écrire.

C'est un peu comme les premiers pas du matin, à ne pas louper.

Ne pas les mettre à côté, et éviter le pied gauche qui gâcherait la journée.

Alors je les cherche, les retourne ces mots. Je les pense et puis finit par les oublier.

Et ne reste plus en moi qu'un épais brouillard d'idées impossible à franchir...


Cette fois je suis allée dans la cuisine me préparer un thé...

Comme on irait se recoucher.

Comme on remettrait les pendules à l'heure

Passer à autre chose, pour un nouvel éveil et de l'énergie.

Et de la confiance, car c'est bien de cela dont il s'agit...


J'ai pris le temps d'écouter siffler la bouilloire. De sentir la chaleur de l'eau versée dans la théière...

Et je me suis tenue là un instant.

Calme et pourtant encore inquiète au dedans.

Préoccupée de ne pas y parvenir et de rester devant la page immaculée

D'y noyer les espoirs, la confiance et les couleurs de mon cœur à force d'essayer...

De perdre le temps...

De le gagner en cheveux, ce blanc.


Alors j'ai saisi un livre sur mon étagère et je l'ai ouvert, au hasard.

J'ai lu ce petit bout de phrase de Christian Bobin :

"Entrer à chaque instant dans une vie blanche comme dent de lait"...