Faire, refaire son site professionnel

Mis à jour : févr. 17



Ce fut comme le besoin d'une coupe de cheveux !

Vous le connaissez, ce moment où l'on se regarde dans la glace et où rien ne va plus? Vous la connaissez, cette sensation de décalage où plus rien, ou presque, de ce que l'on voit dans le reflet en face de nous ne correspond à ce qui se trame à l'intérieur ?

Alors on saute sur le téléphone et on prend rendez-vous illico presto chez le coiffeur.

Peut-être même qu'on se sent l'humeur de faire une couleur cette fois, tiens !


Pour moi, le miroir, la semaine dernière, fut mon site internet professionnel.

J'avoue l'avoir un peu laissé à l'abandon depuis 3 mois, parce qu'un déménagement, parce qu'un mariage, parce que l'été et ses folies douces, parce qu'un peu de fatigue... En fait, j'étais dans un tel mouvement que je ne prenais plus le temps de regarder mon image dans la glace...

Et la semaine dernière, préparant ma communication pour les séances de groupe et diverses entreprises, cela m'a sauté aux yeux.

Non pas qu'il fut affreux ce site internet et je crois même qu'il était resté très professionnel, mais... il ne vivait plus, n'était plus vraiment moi.

Comme la mue d'une cigale restée sur l'arbre...


J'avais pourtant souvenir d'avoir mis du cœur, et de moi, dans les différentes versions précédentes. C'est quelque chose qui m'a toujours plu, et ce depuis le début de mon activité de sophrologue : créer mon site, y mettre des couleurs, trouver une harmonie... Mon côté artiste/graphiste sûrement.

Il était donc à mon image, ce site... En tout cas à mon image de cette dernière année.

Et tout à coup, il m'a paru si fade ! Si décalée de mon ressenti intérieur.

Et, assez merveilleusement finalement, tout cela m'a aussi permis de prendre conscience de ce que j'avais été l'année dernière, et de ce que j'étais aujourd'hui...

De ce qui avait changé, dans la vie quotidienne, mais surtout... au dedans.


J'aime quand la vie nous donne des indicateurs comme ça, de bon matin.

La prise de conscience intégrée (enfin, j'avoue qu'elle continue sa phase d'intégration, parce que les changements de vie de ces dernières années, les éveils en tout genre, tout ça tout ça, ne s'intègre pas en 2h... En tout cas pas chez moi !).

La prise de conscience en phase d'intégration, donc, je me mis à l’œuvre.

Et ce fut magique.

Non, pas le résultat, quoique je le juge conforme à ce que je suis en ce moment, mais le travail en lui-même.

Comme une phase de développement personnel ! (Je vous vois, pour certains, vous moquer gentiment en vous disant que "vraiment, cette Rose, elle voit du développement personnel partout". Et bien oui !).

Parce que faire, ou refaire son site internet professionnel, c'est quoi?

C'est se questionner sur ce que l'on veut ou non et faire des choix.

C'est un peu de la sophro ça, non?

Bon, d'accord, nous ne sommes pas en niveau sophro-liminal (ça y est, je viens de perdre des lecteurs non-sophrologues) mais ça pourrait presque rejoindre le thème d'une relaxation dynamique du 2eme degré tout ça (et s'il restait des lecteurs non-sophrologues, ils sont désormais partis.) (Mais non, revenez !!!!! C'est promis, je n'emploierai plus de termes barbares.)


Faire ou refaire son site professionnel, c'est un peu comme être devant notre miroir : Tester des couleurs : "est-ce que j'aime vraiment ce bleu. Peut-être qu'un plus foncé irait mieux?"

Écrire quelques textes et les mettre en forme. "Est-ce que ces mots résonnent pour moi, ou non? "

Placer les différents éléments sur la page, faire des essais. "Est-ce que cela me plaît? Est-ce que j'aime ce que je vois? "

Voilà un exercice fabuleux si toutefois on accepte d'y passer un peu de temps. Parce que, comme pour beaucoup de choses en ce monde, cela demande un peu d'application et de patience...


Pour moi, cela fait partie du travail de la sophrologue que je suis, au même titre que lorsque je me présente en entreprise ou lorsque j'ouvre la porte de mon cabinet : je n'y vais pas avec les cheveux emmêlés et en pyjama (comme en cet instant, rédigeant cet article !). Je fais un effort de présentation. Cela ne veut pas dire que sois fausse, au contraire, cela veut dire que je fais les choix de mon image.

Pour qu'elle me corresponde.

Pour que, justement, je n'ai pas cette sensation de décalage entre ce que je vois de moi et ce que je ressens à l'intérieur.


Certains seront peut-être plus "avantagés" dans cet exercice.

Parce qu'ils ont une sensibilité graphique et artistique par exemple ; parce qu'ils sont plus "doués" avec l'informatique peut-être.

Nous sommes différents et où certains trouveront une source de grand plaisir, d'autres verront de la souffrance, ou de la déstabilisation.


On peut avoir tendance à fuir les choses qui nous inconfortent, quoi de plus naturel. Pourtant, je crois que c'est lorsqu'on accueille ces éléments, qu'on apprend et que l'on avance sur notre chemin...

Il y eut donc deux prises de conscience pas très agréables pour moi :


- réaliser à quel point j'avais laissé une partie de mon travail de côté ces derniers mois. J'ai assuré les rendez-vous et les suivis, ai préparé les séances et honoré les contrats en cours. Rien de plus. Aucune communication, aucune recherche, aucun enregistrement, aucune vidéo...

Bref, ça n'a pas été facile à accepter, mais l'effet second, c'est l'envie et le coup de fouet que cela m'a permis.


- le retour sur le passé que la vue du site "d'avant" a affiché...

Parfois, après une phase délicate ou douloureuse qu'on a vécue, intégrée, digérée, on souhaite passer à autre chose... Je crois que c'était mon cas, en cette rentrée. Je voulais seulement aller de l'avant et danser sur les ondes du présent. Mais je réalise que cela ne m'est possible qu'en acceptant ce que j'ai vécu et la façon dont je l'ai vécu.

C'est ce que j'ai été qui fait aussi ce que je suis aujourd'hui.

Ça n'a pas été très agréable sur le coup.

Mais ce fut doux, ensuite...

Accueillir.


Pour ceux qui se poseraient la question, j'ai modifié mon site professionnel tous les ans. Jamais de fond en comble. Je garde une trame qui se modifie au gré des changements qui s'opèrent en moi.

Au delà de ces gros "liftings" annuels, je fais des mises à jour régulières. Une fois par mois à peu près.


Parce qu'on me l'a parfois demandé, et que cet article m'y invite, voici les conseils que je peux vous donner, si vous bloquez sur votre site ou si vous souhaitez en mettre un en place.

Il ne s'agit ici que de mon expérience. Je ne suis pas professionnelle de l'informatique.

Si cela vous barbe déjà, prenez ça comme une expérience de développement personnel ; comme quelque chose qui vous apprendra sur vous.

Si cela vous barbe et que vous n'avez pas du tout envie de faire cette expérience, que vous décidez que votre temps sera plus utile ailleurs, il existe de très bons graphistes qui pourront écouter vos besoins et concevoir votre site internet.

N'hésitez pas à vous faire aider ! A demander des avis extérieurs (tout en étant prêts à accueillir ces avis, même s'ils ne vont pas dans votre sens).

Voici donc un protocole possible :


Commençons par nous installer bien confortablement, dans la position de notre choix et devant notre ordinateur.
Prenons le temps, peut-être, de quelques inspirations plus profondes. Sentons le passage de l'air à l'inspire... à l'expire...

Ce qui me semble particulièrement important d'abord, ce sont les autres !

Les autres, cela inspire, cela crée de l'émulsion, et cela motive.

Par période, j'aime aller voir ce que font mes confrères. Parcourir leur site, et, dans tout ce qu'ils proposent, être consciente de ce qui me plaît ou non.

Prenez le temps de naviguer sur différents sites de sophrologie. Voyez ce que cela crée en vous. Aimez-vous davantage certains propos ou certaines images ?

Conscientisez ce qui vous touche.

Il ne s'agit pas là de vous comparer. Je l'ai déjà mentionné mais c'est si important que je vais me permettre de le répéter :

Nous sommes différents. Nos façons de dire et d'exprimer, nos capacités, nos vécus, sont différents. Mais je crois profondément que chacun peut enrichir l'autre par ce qu'il est et ce qu'il fait.

S'inspirer des bonnes idées des autres si elles nous conviennent, et les transformer, c'est savoir être et pouvoir donner aussi.

En étant sophrologue aujourd'hui, je suis aussi une partie de Mr Caycedo (pour les non-sophrologues, il s'agit du créateur de la sophrologie), de mon directeur d'études et de tous mes formateurs (que je salue et que je remercie au passage), mais aussi d'une grande partie de mes collègues avec qui je partage régulièrement.

Tout cela, je l'ai intégré à ce que je suis et à mon cheminement.


Petit un donc : savoir choisir dans ce que font les autres, ce qui vous correspond ou non. Vous servir de ce que vous voyez autour de vous pour avoir une plus grande conscience de ce que vous voulez.

Petit deux : choisir les informations à mettre en valeur.

Là, c'est affaire de chacun. Selon les ateliers que vous menez ou non. Selon les milieux dans lesquels vous intervenez. Selon la formation que vous souhaitez mettre en avant. Selon le public à qui vous souhaitez parler...

Cela peut paraître compliqué ou manipulateur mais ce n'est pas l'angle que je vous propose... Il ne s'agit pas de "calculer" mais à l'inverse de : ressentir ! Ressentir ce qui vous importe et ce que vous souhaitez dire de vous.


Petit trois : essayer !

Personnellement, j'utilise Wix, mais d'autres plateformes sont sûrement tout aussi efficaces. Amusez-vous ! Testez les couleurs et les formes. Jouez avec l'image, toujours bien reliés à ce qui vous touche, à ce qui résonne avec ce que vous êtes...


Petit quatre : accepter le temps.

On peut passer des journées et des nuits à faire ou refaire son site internet, et finir par avoir l'impression que plus rien ne sonne juste... Cela m'est arrivé il y a quelques jours. Penser que cela est une perte de temps, ne plus aimer ce sur quoi j'avais passé des heures et des heures.

Lorsque cela m'arrive, je passe à une autre activité. Quelque chose de plus concret, qui me donne satisfaction : préparer une séance, discuter avec un proche, écrire un article, élaborer un bon repas, danser... : du concret !

Parce qu'accepter le temps, c'est aussi cela je crois : vivre en ayant confiance en le fait qu'il y a un instant juste pour tout... Vivre en ayant conscience de notre mouvement.


Petit cinq : demander et accueillir les regards extérieurs.

Ceux de proches qui vous connaissent bien comme ceux de gens qui vous connaissent moins...


Et tout cela, quand on y pense, c'est de la sophrologie aussi, non?

C'est accueillir le dehors, c'est accueillir le dedans, c'est choisir dans ce que le monde nous offre, c'est développer ses capacités, c'est exprimer notre vécu, c'est partager et c'est apprendre de soi...


Quant à moi, je file poursuivre mon expérimentation... Dans la conscience qu'il ne s'agit là que d'une étape parmi d'autres dans le cheminement.

Et dans la Joie que mon métier me permette de dire de ce que je suis...


Belle suite à vous !

180 vues

© 2018 par Rose-Hélène Rousseau.Tous droits reservés

Créé avec Wix.com