Sophrologie en entreprise : un pas dans le présent

Mis à jour : févr. 17





Je pourrais vous parler "limitation des risques musculo-squelettiques" ; "prévention des effets néfastes du stress sur la santé" ; "renforcement de la cohésion d'équipe" ou encore "gestion des émotions" : ce sont là des vérités de l'application de la sophrologie dans le milieu professionnel, j'en suis témoin tout au long de l'année.


Je pourrais vous décrire les réunions CHSCT, partager avec vous les bilans Powerpoint que je conçois à la fin de chaque atelier. Parce que c'est là un monde où 'il faut afficher des "résultats"...


Je pourrais vous dire qu'en plus, parce que je sais à quoi cela sert, j'adopte le langage et les codes avec plaisir.


Bon, ok, presque toujours avec plaisir...

Demander un nombre suffisant de chaises fixes chaque semaine et trouver la salle munie de 6 chaises à roulettes pour 14 participants ne m'a pas toujours fait sourire.

Mais je me souviens aussi que nous avons toujours trouvé une solution... Souvent ensemble, avec le groupe...

Quitte à déplacer les fauteuils moelleux de la salle d'attente dans un éclat de rire.


Voilà où je veux en venir...

Au delà des codes et du cadre.

Au delà des réunions où l'on se jauge parfois.

Au delà de la somme d'argent que l'on ne peut réunir que si l'on est sûr d'un résultat...

Au delà, justement, de toute attente de résultats.


En-dedans.

Là où on déplace les fauteuils de la salle d'attente pour vivre au mieux l'instant qui s'annonce devant nous.


Et en ce dedans, je vous raconterais alors les participants entrant dans la salle, chaque semaine.

Leurs larmes parfois, la fatigue d'une journée bien remplie pesant sur les épaules ou l'entrain de la soirée qui vient. L'abattement après une annonce de licenciement ; le sautillement des vacances qui arrivent ; l'inquiétude d'un projet qui n'avance pas comme prévu ou simplement un rhume malvenu...


Je vous dirais leur peur parfois, au début, parce que les codes sont encore là...

Parce que "celui qui se tient près de moi, il travaille au bureau d'à côté toute la journée."

Peut-être aussi parce qu'on sent rapidement que là, en dedans, c'est l'humain qui ressort. Et de toute façon, on a choisi d'être là parce qu'on a pas vraiment envie de faire semblant.


Je vous dirais la peur qui s'efface rapidement, pour beaucoup.

Et je vous raconterais, pendant des heures si je le pouvais, le plaisir qui emplit la pièce chaque semaine. Qu'ils me racontent, et que je sens.

Dont je me nourris.

Ce plaisir, là, qui rend l'air plus dense tout à coup, et les sourires plus certains.

Ce plaisir que l'on est toujours libres de prendre ou non... Mais qui ne laisse pas indifférents.


Et au delà du plaisir, quelque chose d'autre aussi. Comme une étincelle.

Des prises de conscience. Des hochements de tête ou des yeux dans le vague tout à coup...

Quelque chose qui chemine.

Je pourrais vous le raconter car c'est le plus important et ça n'est pas bien transmissible dans les business plan et les bilans.

Ça se passe dans les yeux, comme un pétillement.

Ça se passe dans les paroles aussi, qu'ils se donnent souvent à la fin... Où chacun aura trouvé ce qui sera venu à lui, et c'est déjà bien ainsi, d'avoir eu le temps d'accueillir.

La détente retrouvée.

La conscience que l'on jugeait l'autre.

La Joie,

Le ressenti de ne pas être à sa place et la décision de démissionner

L'envie de travailler différemment

Le conscience du besoin de l'équipe

Le sommeil amélioré

Le lâcher prise

La concentration

La créativité

Ou simplement le sourire de l'autre... Celui qu'on avait pas vu jusqu'à maintenant.


Alors oui, il fallait bien que j'en parle un peu, sans tout divulguer certes, mais en disant au moins à quel point ils donnent, transmettent et vivent lorsqu'ils sont en séance, ces participants... Certains de manière plus visible, d'autres en dedans... Tous comme ils en ont l'envie ou le besoin, vivent l'instant.



J'allais intituler cet article : "sophrologie en entreprise : un pas vers l'avenir"

Finalement, je crois plus juste de dire "sophrologie en entreprise, un pas vers le présent".

Et c'est déjà pas mal non?

382 vues

© 2018 par Rose-Hélène Rousseau.Tous droits reservés

Créé avec Wix.com